Ronald Weinland

Une Consécration Intensifiée – 4ème Partie

Nous avons déjà parlé de l'importance de commencer à enseigner les enfants très jeunes sur l'exercice de la responsabilité personnelle, dans les petites choses qui les entourent, dans les choses qui les affectent directement. Il est bon d'agir pendant ces années où commencent à avoir lieu la formation de l'esprit, de la pensée, et du raisonnement, et cette éducation est bien plus importante que les gens l'imaginent, lorsqu'on en vient au développement de qualités divines dans l'esprit même de l'être humain.

Pour la seconde et troisième génération de famille dans le Millénaire, la capacité à appliquer ce que Dieu nous donne en ce moment va devenir beaucoup plus comme une norme de vie; cependant, pour beaucoup de parents qui ont été appelés dans l’Église de Dieu, il arrive souvent qu’ils n’ont pas la possibilité de démarrer ce processus de formation de leurs enfants assez tôt. Ce sera également le cas pour les parents appelés dans l’Église au début du Millénaire. Car en effet, lorsqu’un un parent est appelé, leurs enfants se trouvent à des âges très variés.

Il est avantageux pour chaque parent de commencer aussitôt que possible à aider leurs enfants à expérimenter et apprendre à vivre selon des qualités et des caractéristiques de vie divine. De cette manière, ils peuvent potentiellement développer ces qualités en eux-mêmes, en apprenant leurs valeurs et leurs bénéfices dans la vie. Ceci exige une grande discipline de la part d’un parent, qui à son tour, devra activement administrer l’amour, l’instruction et la discipline envers leurs enfants, tout au long de ce processus. Plus l’enfant grandit, plus la tâche devient difficile, puisque leur pensée s’est déjà grandement établie dans des configurations spécifiques de pensées, d’attitudes, de raisonnements, et de vie; mais cela demeure la responsabilité du parent, de s’efforcer de le faire. Cependant, même dans tout cela, il est important de comprendre que chaque enfant a toujours le « choix » dans ces choses, de savoir s’ils accepteront ou non que de telles qualités et de telles caractéristiques fassent partie de leur mode de vie.

Dans certains domaines de ce processus où un parent s’efforce d’aider à modeler ces attributs dans la pensée de leur enfant, il peut être utile d’incorporer un système de récompenses et de punitions (discipline). Bien trop souvent, j’ai observé un déséquilibre exprimé par certaines personnes qui considèrent la récompense d’un enfant comme une forme de corruption, et qui l’avaient donc jugé comme étant une mauvaise chose, surtout lorsqu’il s’agit d’utiliser un moyen monétaire dans le cadre d’un système de récompense. Mais cela n’est pas le cas.

Je n’oublierai jamais l’impacte incroyable qu’un enseignant d’école élémentaire a eu sur notre fils, lorsqu’elle cherchait un moyen de le motiver dans un sujet particulier. Après certains résultats, elle lui donnait des cartes de baseball, qu’elle savait être importantes pour lui à ce moment de sa vie. Les systèmes de récompenses et de discipline change avec l’âge. À un certain moment, nous avons également utilisé un système de récompenses monétaires en liaison avec ses notes d’école. Si ses résultats atteignaient un certain niveau acceptable, il recevait une récompense monétaire selon son niveau d’accomplissement, mais si ses notes étaient au-dessous du niveau acceptable, il lui fallait nous payer. Ceci marchait assez bien pour lui à cette époque de sa vie, et il grandit dans des qualités qui l’aidèrent à développer un plus haut niveau d’éthique de travail, de détermination personnelle, de valeur, de panification et de créativité.

Il est bon que les parents se concentrent sur le genre de choses ou d’activités qui pourra aider à motiver l’enfant dans une bonne direction, jusqu’à ce qu’une bonne qualité puisse potentiellement se développer en eux. Et de cette manière, l’enfant se trouvera alors mieux équipé pour choisir de vivre selon cette qualité. C’est de cette manière que ces choses peuvent finalement faire partie de leur « propre manière de penser ».

Lorsque l’on utilise des systèmes de récompenses et de punitions (discipline), le parent doit rechercher l’aide de Dieu pour être « équilibré » dans ce domaine, tout comme les adultes doivent chercher à être équilibrés dans les domaines de leur propre vie. L’équilibre déterminé par soi-même, par notre propre pensée, et notre nature humaine normale, produit rarement un véritable équilibre. Apprendre le véritable équilibre et une solidité de penser (la prise de décision), est quelque chose que l’on doit développer spirituellement au cours de notre vie.

Travaillant avec de jeunes enfants, équivaux à travailler avec la nature humaine brut. Le travail en question est de s’efforcer à établir les bonnes caractéristiques qui sont en harmonies avec la mentalité de Dieu. Souvent, le don d’une récompense à la suite de certains accomplissements, peut réellement contribuer à établir les bons modèles de pensée. C’est après avoir « expérimenté » les bénéfices pendant un temps, puis à travers ce processus commencé à « prouver » la pratique de la qualité qu’un parent s’efforce d’enseigner, que l’enfant a la possibilité de faire plus facilement le choix pour lui-même, de vivre par de telles qualités et caractéristiques dans l’avenir. Dieu œuvre avec les adultes, surtout au début, de la même manière en les conduisant à « prouver » Ses voies dans la perspective d’une récompense, d’une satisfaction et la réception d’autres avantages qui découlent de vivre selon Ses voies. Ceci n’a rien à voir avec la corruption.

Les Enfants Centrés sur Dieu
Depuis le commencement, l’humanité n’a pas saisi le commandement de Dieu de « cultiver et garder » ce qu’Il leur avait donné. La plus grande et la plus miraculeuse expérience que l’humanité peut connaître dans toute la création de Dieu, est celle de la naissance d’un enfant. Pour les parents, ce domaine de responsabilité personnelle donnée de Dieu, est bien plus grand que ce qu’ils peuvent simplement comprendre. C’est seulement dans l’Église de Dieu, que beaucoup commencent maintenant à saisir cela d’une manière plus profonde, mais il y a beaucoup plus de choses à découvrir sur ce sujet. C’est maintenant le moment de s’efforcer d’intégrer et d’améliorer l’exercice de la responsabilité personnelle envers nos propres enfants, spécialement au cours de cette année de consécration intensifiée à Dieu.

Une fois que l’enfant sort de l’utérus, respire l’air pour la première fois, et reçoit la vie, c’est le moment où un membre potentiel futur de la Famille de Dieu est né. Hors mis ce qui les concerne, il n’y a pas dans la vie de plus grande responsabilité donnée à un parent dans l’application de « cultiver et de garder », que celle d’élever un enfant selon les voies de Dieu.

Tout le monde devrait maintenant reconnaître que beaucoup plus de choses tombant sous notre responsabilité personnelle, doivent être exercées dans nos vie. Les éléments nécessaire à la construction sont déjà là et peuvent être utilisés et appliqués à tous les domaines de la vie qui tombent dans le cadre de ce qui est sous notre contrôle personnel. Ceci comprend des domaines comme notre maison (résidence), nos biens, nos finances, l’utilisation des emprunts, les transports, le lieu de travail, l’emploi et les métiers, et bien plus. Il nous faut considérer et chercher à corriger comment nous abordons les questions de « cultiver et garder » les choses qui nous entourent, qui comportent les qualités et les caractéristiques reflétées dans la création, et qui révèlent en réalité la pensée de Dieu et Son « esprit ». Une grande partie de cela implique notre façon de voir le monde matériel qui nous entoure et tombe sous notre contrôle personnel ou notre présence, qui est aussi une question de responsabilité quand à « l’exemple » que nous donnons pour ceux qui nous entourent. C’est une toute autre affaire, d’une importance énorme, que nous commencions à saisir le genre de responsabilité que Dieu a placé sur les parents, leur responsabilité de « cultiver et garder » leurs enfants dans les voies de Dieu.

Une fois appelé, c’est en effet la responsabilité d’un parent d’œuvrer activement à modeler leur enfant (ou leurs enfants) dans les voies de Dieu, et à leur enseigner que Dieu et Ses voies doivent avoir la première place dans leur pensée. Il a déjà été souligné comment commencer ce processus de travailler avec un enfant de très jeune âge, pour l’aider à développer de bonnes qualités divines dans leur pensée. Cependant, quand il s’agit de leur enseigner l’importance de mettre Dieu en premier dans leur vie, le parent doit reconnaître que la meilleure façon de faire cela est au sein de l’environnement de l’Église de Dieu. Même si le parent était capable d’enseigner l’enfant magistralement sur la responsabilité personnelle, de « cultiver et garder » leur environnement, et qu’ils étaient capables de leur inculquer ces bons modèles et qualités de pensée, tout cela ne vaudrait rien si l’enfant n’a pas reçu l’enseignement et la discipline de garder Dieu en premier, spécialement dans les environs de l’Église de Dieu. En effet, l’environnement de l’Église est de loin le plus propice, où l’on peut travailler avec l’enfant pour l’aider à développer une manière de penser qui place Dieu en premier dans sa vie.

Ceci aussi commence avec de petites choses. Un enfant, très jeune, peut être discipliné, pour apprendre à être tranquille, calme, respectueux de ceux qui l’entourent, pour parler aux autres (s’adresser/reconnaître les autres), pour participer aux interactions et aux activités de l’Église comme ils le peuvent, selon leur niveau et leur âge. Ceci comprend d’enseigner l’enfant à être familier avec leur Bible, et de chercher les écritures, aussi-bien que de prendre des notes pour les aider à renforcer ce qui est dit. Ceci inclue évidemment d’enseigner l’enfant très jeune à écouter des sermons et l’aider à retenir ce qu’il peut de ce qui est déclaré, quelque soit la simplicité de ce qu’il est capable de glaner. De telles choses ne vont pas simplement arriver d’elles-mêmes, et elles ne viennent pas facilement, bien au contraire, elles exigent que le parent exerce une attention soutenue, un travail constant, du temps, des conversations interactives, des explications (enseignements), une discipline, de l’amour, etc.

En tant que pasteur de l’Église depuis plusieurs dizaines d’années, ayant traité des centaines et des centaines de cas, j’ai vu la gamme complète du travail des parents avec leurs enfants, de la participation active et engagée, à virtuellement aucun engagement du tout. Ceci, d’un témoignage personnel, ayant vu d’un côté où littéralement rien n’était fait, à l’autre côté où un excellent exemple de parents qui avaient été activement engagés à enseigner leurs enfants beaucoup de ces qualités, de ces comportements, de ces valeurs de la vie, où l’Église était vue comme leur famille, et ces infants avaient appris à prendre leur responsabilité personnelle au sein de cette famille.

Parmi les exemples de ces parents qui n’ont pas bien engagé leur enfant ou leurs enfants, ou ne les ont pas engagé du tout, à les élever à voir l’Église comme leur famille, j’ai été témoin de ce qui est encore plus négligent et dépravé. Dans le passé, beaucoup de parents ont en fait pris la direction opposée. Non seulement ils n’engageaient pas leurs enfants à « cultiver et garder » les voies de Dieu, mais en réalité, ils les poussaient à s’en détourner, à se détourner de Dieu et de Son Église.

Parfois, un enfant se détourne de lui-même, peu importe la qualité du travail des parents, mais pour ces parents qui sont essentiellement responsables d’avoir provoquer leur enfant à se détourner, c’est une honte terrible, une négligence hideuse, c’est un péché. À cause de l’inactivité ou de l’implication négative d’un parent à nourrir leur enfant comme il devrait le faire, l’enfant souvent commence à percevoir la participation aux assemblées du Sabbat comme un fardeau, quelque chose d’ennuyeux, un endroit où l’on ne veut pas être, alors que beaucoup d’autres enfants sont impatients d’assister à ces réunions dans la perspective de rejoindre les autres.

En commençant à développer des caractéristiques et des traits positifs dans la pensée de l’enfant, y compris le jour du Sabbat et la fréquentation de l’Église étant un délice et quelque chose que l’on attend avec impatience chaque semaine, le parents a besoin de chercher l’aide de Dieu pour savoir comment motiver leur enfant dans une telle direction.

Le moyen le plus puissant disponible au parent pour influencer un enfant dans leur façon de penser envers les réunions d’Église, les membres, et le ministère, est celui de l’exemple personnel. Trop souvent, j’ai été témoin de la façon négative qu’un parent a de parler d’un sermon, de ministres, et des autres, de telle manière que leurs enfants apprennent ce qui est à l’opposé de ce qu’ils devraient apprendre. Au lieu d’avoir la pensée modelée comme elle le devrait, elle devient négative dans ses jugements, plus bien-pensante, supérieur aux autres, critique, sans amour, détachée et indifférente. Le mauvais genre de mentalité est alors façonner et former en eux, ça ne devrait donc pas être surprenant que lorsqu’ils deviennent adultes, ils se détournent alors de l’Église de Dieu. Beaucoup de choses sont souvent apprises, simplement par le propre exemple et l’attitude d’un parent envers les choses comme le Sabbat, le ministère et l’Église.

Donc, en effet, un enfant doit être éduqué à placer Dieu en premier, surtout dans un environnement où cela peut être plus facilement enseigné, puis pour eux-mêmes d’être plus facilement appris. Ils doivent être élevés et éduqués à respecter Dieu et à montrer du respect à Son Église et Son gouvernement. Ceci n’arrive pas de soi-même dans la vie. Les parents qui n’arrivent pas à enseigner le respect qui doit être donné à Dieu, sont eux-mêmes à défaut de faire preuve de respect et d’adoration à Dieu.

Il y a plusieurs mois, Dieu est le Christ ont attiré mon attention sur la nécessité de corriger la mauvaise utilisation des appareils électroniques pendant les réunions du Sabbat (avant, pendant et après les réunions). Cette mauvaise utilisation commençait à devenir un problème dans toute l’Église, en conséquence de l’influence négative de la société et de sa mauvaise utilisation de la technologie moderne. Progressivement, une utilisation négative et déséquilibrée de ces choses commença à s’infiltrer dans les réunions du Sabbat. Il en était arrivé au point où certaines personnes envoyaient des textos et visitaient leurs messageries, lisaient leur mails, ou faisaient des recherches sur l’internet pendant les réunions de Sabbat. Toutes ces pratiques pendant les réunions de Sabbat même, sont de mauvaises choses à faire pour quiconque. Après le sermon, cependant, certains adultes peuvent avoir besoin de vérifier les textos et les messages téléphoniques qu’ils ont reçu, et il leur a été demandé de le faire à l’écart des zones principales de communion (en privé).

Il est autorisé aux enfants jusqu’à l’âge de huit ans, d’utiliser des appareils électroniques pendant les réunions du Sabbat, mais cela doit être fait sous supervision. À partir de neuf ans, les enfants peuvent commencer à apprendre à s’asseoir pendant toute la réunion, et commencer à porter leur attention sur les sermons, aussi-bien que d’apprendre à occuper leur temps à la socialisation (communion avec les autres) et autres activités avant et après les réunions. Cependant, à partir de cet âge et après, ils ne devraient pas utiliser les appareils électroniques pour se divertir pendant les réunions du Sabbat.

En utilisant correctement les appareils électroniques, il se peut que certains puissent mieux se concentrer, mieux retenir et avoir une meilleur capacité à recevoir ce qui est donné dans les sermons. Puisque les sermons sont maintenant disponibles en version imprimée, les gens peuvent maintenant suivre en lisant les sermons. De cette manière, la possibilité de suivre les écritures et le contenu des sermons tout en écoutant l’orateur, est un grand atout pour certains. D’autres peuvent préférer rechercher les écritures plus rapidement en utilisant des programmes Bibliques électroniques, au lieu de tourner les pages de la Bible pour dénicher un certain verset, ce qui parfois peut limiter leur attention sur ce qui est dit par l’orateur au même moment. Les gens sont différents dans leur façon d’apprendre et de se concentrer, mais l’utilisation de programmes Bibliques électroniques a amélioré ce processus pour beaucoup.

C’est dans ces cas là, quand une décision administrative est prise pour changer quelque chose, qu’un parent a alors une opportunité excellente pour enseigner des qualités de valeur, de respect, d’équilibre, d’unité, d’ordre et encore bien plus à leur enfant. S’ils ne font pas attention, les parents peuvent en fait enseigner exactement le contraire.

Je voudrais vous raconter une histoire qui peut vous aider à comprendre l’importance de ce dont nous parlons ici. À la fin du Sabbat passé, ma femme me raconta comment elle avait décidé d’aller voir avant le début de la réunion, un des enfants qui a l’âge d’école élémentaire. Elle mentionna à l’enfant qu’elle aimerait le voir commencer à prendre des notes sur ce qu’il entendait pendant le sermon. Tout comme les autres enfants qui auparavant jouaient avec leurs jeux vidéo pendant les réunions du Sabbat, ce garçon faisait de même. Comme ce changement concernant l’utilisation des appareils électroniques commençait à être appliqué dans l’Église, il se trouva ici une opportunité d’influencer positivement le jeune garçon pour le motiver à mieux se concentrer sur la réunion du Sabbat.

Ma femme dit au jeune garçon que s’il voulait commencer à prendre des notes pendant le sermon, et qu’il lui amène ses notes après le service, et que si ces notes reflétaient le fait qu’il avait écouté, et qu’il grandissait dans cette habilité, alors elle lui donnerai une certaine récompense monétaire. Après le service, il amena les notes et il était très content de montrer ce qu’il avait fait. Elle lui demanda si elle pouvait garder les notes pour me les montrer. Il dit oui, mais il avait hâte de les montrer tout d’abord à son père avant de les lui donner. Après avoir moi-même lu les notes, il était clair qu’un travail pouvait être fait avec lui dans cette nouvelle entreprise, et qu’il était réceptif au changement positif. Il était aussi évident qu’il était capable de saisir certaines des choses qu’il avait entendu dans le sermon.

Oui, même très jeunes, les enfants peuvent être instruits et élevés d’une manière qui les aident à être modelés de façon à ce que leur acceptation de la responsabilité personnelle devienne « normale ». Durant ces années où on les aide à modeler et façonner leur mentalité de manière positive, ils auront aussi la possibilité de commencer à développer les qualités et les caractéristiques qui sont plus en harmonie avec la pensée même et l’esprit de Dieu. Certainement, il est clair qu’ils seront plein de la nature humaine charnelle, comme tous les gens sont jusqu’à ce que la vie humaine soit complétée, cependant, quand ils sont jeunes, ils peuvent être façonner et bien mieux préparés pour l’imprégnation potentielle de l’esprit saint de Dieu, qui peut être reçu plus tard dans la vie quand ils seront appelés. Ils peuvent être mieux préparés à accéder l’unité avec Dieu, et à s’engager avec plus de succès dans la bataille contre leur propre nature humaine égoïste.

Responsabilité Personnelle Prédéterminé
Lors de mes premières années dans l’Église, j’ai eu l’occasion d’aller dans l’un des trois campus de l’Ambassador College (le collège de l’Église Universelle de Dieu), situé dans la région de St. Albans en Angleterre (juste au nord de Londres). C’était en 1972, à la même époque où Herbert W. Armstrong recevait la connaissance et la vérité qu’il y avait un « esprit dans l’homme » (pas du saint esprit de Dieu), qui rendait l’homme différent du royaume des animaux. Cet « esprit dans l’homme » rendait la pensée de l’humanité unique, car il donnait à un être vivant la capacité d’apprendre et de mémoriser, ainsi que d’avoir des pensées individuelles, de raisonnement, de choix indépendant, de créativité, etc. C’était aussi à la même époque que M. Armstrong publia un livre qui expliquait cette connaissance nouvellement découverte plus profondément. Le livre était intitulé, The Incredible Human Potential [Le Potentiel Humain Incroyable].

Lors de l’une des classes bibliques à l’Ambassador College, je me souviens d’une discussion concernant Adam et Ève, et la manière dont ils avaient été créés. Nous apprenions aussi les choses concernant cet « esprit dans l’homme ». La vérité présente et notre attention à l’époque étaient fixées sur le fait qu’ils avaient été créés neutres, ce qui est vrai en partie. Il était entendu qu’ils avaient été créés avec le libre arbitre en tant qu’agents moraux, libres de déterminer leurs propres choix pour vivre la vie comme ils l’entendait. Ils avaient été placés dans un environnement aussi parfait que ce qui pouvait être donné à deux êtres humains physiques, cependant ils ne choisirent pas Dieu et Son mode de vie.

Lors de cette classe, l’instructeur nous laissa avec l’idée que, puisqu’ils n’avaient pas choisi Dieu, que soudainement, c’était comme si Dieu se frappa le front et dit: « Qu’est-ce que Je vais faire maintenant avec l’humanité, puisqu’ils ne M’ont pas choisi? » C’était comme si Dieu devait soudainement concevoir un autre plan par lequel Il pourrait sauver l’humanité du péché.

Pourtant, c’était prédéterminé (pré-planifiée) avant que l’homme ne fut créé, qu’ils auraient besoin d’une Pâque – qu’un Fils de Dieu serait né parmi l’humanité pour être leur Pâque et leur Messie (Christ).

En une occasion, Paul enseignait l’Église de Corinthe sur le dessein de Dieu pour la création de l’humanité et Son plan, qui comprenait de donner Son saint esprit à ceux de Son Église, afin qu’ils puissent « voir » les choses de la sagesse (l’esprit, la pensée, la vérité) qui sont de Dieu, que les autres dans le monde qui n’avaient pas Son saint esprit, ne pouvaient pas voir. Il est bon d’aller voir tout le contexte de ce que Paul enseignait. Il y a deux versets qui révèlent beaucoup de choses à propos de ce qu’il disait:

« Nous [le ministères, les enseignants envoyés par Dieu] prêchons la sagesse [qui vient de Dieu] parmi ceux qui sont rendu parfait [ceux qui sont appelés par Dieu et engendrés dans Sa Famille spirituelle], cependant pas la sagesse de ce monde [pas d’aucune autre sagesse] ni celle des princes [dirigeants] de ce monde qui n’aboutissent à rien. Mais nous prêchons la sagesse de Dieu, ordonnée avant le monde, pour notre gloire [pour la gloire de ceux qui sont dans l’Église] qu’aucun des princes de ce monde n’a connu, car s’ils l’avaient connu, ils n’auraient pas empalé sur in pieu [un pilier de bois] le Seigneur de gloire » (1 Corinthiens 2:7-8).

Le mot grec traduit par « ordonnée » dans ce verset veut littéralement dire « de limiter à l’avance, de prédéterminer » et c’est le plus souvent traduit en anglais comme « ordonné à l’avance, déterminer en avance, ou prédestiner ». Dans ce verset le mot « avant » qui suit le mot « ordonnée » veut littéralement dire « au devant de/à l’avance ».

Paul déclare clairement qu’à une époque qui était « avant » (au devant ou à l’avance) l’âge de l’humanité, Dieu avait déjà « ordonné » (prédéterminé, prédestiné) que l’humanité aurait besoin de recevoir Son saint esprit dans leur vie afin de « voir » ce qui était spirituel, et que ceux qui ne recevrait pas Son esprit, n’auraient pas cette capacité de « voir » sur un plan spirituel. Paul disait que cette capacité de voir ces mystères (cette sagesse, cette mentalité, cette pensée, cette vérité de Dieu) était réservée pour ceux à qui serait donnée du saint esprit de Dieu comme d’une gloire dans leurs vies. En outre, Jésus-Christ est décrit comme le Seigneur de gloire, comme celui par qui cette gloire (cette puissance révélatrice) du saint esprit viendrait.

Paul a clairement amplifié la même chose par ce qu’il disait aux Éphésiens:

« Selon qu’Il [Dieu le Père] nous a choisi [ceux de l’Église] en Lui [Jésus-Christ] avant la fondation du monde, pour que nous devrions être [devenir] saint et sans faute devant Lui dans l’amour. Nous [ceux dans l’Église, ceux qui parmi l’humanité ont été appelé par Dieu pour faire partie de Sa Famille] ayant prédestinés [grec – prédestiné, ordonné à l’avance] à l’adoption des enfants par Jésus-Christ à Lui-même, selon le bon plaisir de Sa volonté » (Éphésiens 1:4-5).

Ça a toujours été le dessein et le plan de Dieu de créer l’humanité de matière physique dans un environnement physique, et qu’en faisant cela, l’humanité se tournerait vers l’intérieur et deviendrait intrinsèquement égoïste et pécheur par nature. Dieu savait que l’humanité, par nature, ne Le choisirait pas, ni Ses voies. Cela est vrai depuis le commencement avec Adam et Ève, qui furent incapable de rester neutre pour bien longtemps. Alors que l’humanité fut créée de cette manière, ils leur seraient donner une Pâque par qui ils pourraient se repentir du péché une fois appelés (grec – invité) par Dieu, pour être engendrés spirituellement dans Sa Famille. À ce moment-là, la personne pourrait alors objectivement commencer à choisir Dieu et Ses voies si elle en avait le désir.

C’est seulement quand quelqu’un est appelé (invité) par Dieu pour entrer dans Sa « Famille Divine » (Elohim) que l’on commence à se centrer et à développer une pensée spirituelle avec l’esprit saint de Dieu. C’est ça le processus de transformation de la mentalité elle-même dont Paul parle dans Romains 12.

Tout ce qui a été couvert dans cette série jusqu’à ce point nous ramène maintenant à la chose la plus importantes que Dieu ordonna à Adam et Ève. Dieu leur a dit de « cultiver et garder » tout ce qu’Il avait placé dans Son jardin – leur environnement – ce qui était sous leur contrôle. De tout ce qui fut placé dans le jardin, l’attention principale et l’objectif de Dieu était la création de l’humanité, puisqu’ils avaient été créés avec le potentiel de devenir Elohim.

Donc, en effet, la chose la plus importante qu’ils avaient à faire était de se « cultiver et se garder » eux-mêmes – l’humanité – le centre même et le dessein de tout la création de Dieu. Le besoin d’accepter cette responsabilité personnelle en se « cultivant et gardant » nous-mêmes, était prédéterminé avant la création elle-même. Nous avons déjà parlé de cette responsabilité concernant l’instruction liée aux vérités, aux voies, et aux lois de Dieu, aussi-bien que les choses qui sont sous notre contrôle, dans notre environnements personnelles. Comment chaque personne adresse cette responsabilité personnelle de le « cultiver et garder » sera l’objectif principal de la « 5ème partie ».