Ronald Weinland

Une Consécration Intensifiée – 5ème Partie

La chose la plus importante que Dieu dit aux deux premiers humains qu'Il créa, était qu'ils devaient "se cultiver et se garder" eux-mêmes, mais ils n'avaient pas les oreilles pour entendre. L'humanité, commençant avec Adam et Ève, était l'objectif principal pour toute la création de Dieu, bien que la création d'Adam et Ève (comme pour tout individu) n'a pas été achevée au moment où ils furent créés en tant qu'êtres physiques. Leur création se devait de continuer au-delà de la création physique instantanée qui leur donnait la vie physique, et une création "en eux" se devait d'avoir continuée tout au long de leur vie.

Dès le commencement, Dieu fit savoir à Adam et Ève qu’une grande responsabilité personnelle leur avait été donnée directement de Sa part, de « cultiver et garder », tout ce qui avait été placé dans le cadre de leur environnement et sous leur contrôle. Ce qu’il y avait de plus important dans tout cela était qu’ils devaient « se cultiver et se garder » eux-mêmes. S’ils avaient suivi cette instruction, alors tout le reste dans leur vie serait tombé à sa place, puisqu’ils se seraient efforcés de faire toute chose selon les voies de Dieu, dans l’unité et l’harmonie complète avec Lui.

Bien qu’ils furent créés dans une sorte d’état neutre, il n’a pas fallu longtemps pour que leurs propres motivations commencent à s’installer. En conséquence d’avoir été créés physiquement, ils étaient par nature attirés à l’égoïsme. C’est la « nature » réelle d’une mentalité humaine créée physiquement dans un corps physique qui vit dans un environnement physique. Une bonne façon pour commencer à voir cela plus clairement, est de comprendre comment un bébé développe rapidement des traits de caractères égoïstes. S’ils ont faim, ils vous le feront savoir. S’ils ne sont pas confortables ou satisfaits, vous allez le savoir. Le développement de la nature égoïste ne fait que se renforcer alors que l’on mûrit physiquement. C’est ici la progression naturelle, depuis la naissance, qui découle d’avoir été créé de cette façon. Cependant, les choses étaient ainsi par conception Divine.

L’état naturel dans lequel l’humanité a été créée était de résister aux voies de Dieu et d’embrasser au contraire leurs propre voies dû à leur nature égoïste, cependant il faut comprendre que cette réaction envers Dieu (de Lui résister naturellement) serait toujours le résultat d’un « choix libre », venant du plein gré d’une personne.

Donc, depuis le commencement, Adam et Ève ont basé leur choix et leur décisions dans la vie, sur leurs désirs égoïstes, et ne prenaient pas de décision et de choix basé sur leur confiance dans, et leur accord avec, les voies de Dieu, ni sur aucune volonté de glorifier, d’honorer et de placer Dieu en premier.

Une Création Continue
Tout ce qui a été créé au sein du règne animal fut crée d’une sorte de manière robotique et pré-programmée, sans libre-arbitre qui offre la capacité de penser et de raisonner. Au lieu de cela, la création réagis automatiquement aux conditions de la vie, dû à une nature unique que Dieu a donné (par une programmation interne) à chaque espèce de Sa création.

Les oies et les canards ne raisonnent pas et ne planifient pas sur la nécessité de voler vers le sud pendant l’hiver. Les écureuils ne raisonnent et ne planifient pas non plus pour la nécessité de rassembler des noisettes pour l’hiver, de manière à survivre. Les animaux et les oiseaux ne suivent pas des schémas précis de migration parce qu’ils ont discuté ou compris comment le faire. Ils le font parce qu’ils ont été pré-programmés par le Grand Dieu qui les a créé avec une telle nature, un tel instinct, et une telle capacité. Avoir une telle compréhension de la création de Dieu fait des évolutionnistes et beaucoup de scientifiques des imbéciles extraordinaires, qui d’un côté démontrent une grande bêtise intellectuelle, alors que de l’autre ils sont d’un bon niveau d’intelligence.

Dans Son grand pouvoir de créer la vie, il faut comprendre que Dieu ne peut pas faire instantanément d’un agent moral libre (un être avec le libre-arbitre), un être qui va être totalement dans l’unité et l’accord avec Lui. Si un être était créé instantanément avec la capacité d’être en accord total et avec la même pensée que Lui, il serait de nature robotique sans aucun libre-arbitre. Cependant, Dieu veut créer une famille qui serait dans l’unité et l’harmonie avec Lui. Dieu a le désir que chacun de ceux qui sont dans Sa famille, vive selon la voie de la paix et selon Son genre d’amour, en conséquence de la propre motivation personnelle de chacun, et de leur propre choix. Pour ce faire, il ne pouvait pas leur être donné instantanément un caractère juste et saint, qui ne se trouve qu’en Dieu Lui-même. Une telle chose ne peut pas être créée instantanément, mais elle peut être créée sur une longue période de temps.

Un caractère juste et saint ne peut être créé que par la puissance directe de Dieu, œuvrant activement dans l’esprit de l’homme – dans sa pensée – pour aider à transformer sa pensée, de celle qui à son origine dans la motivation de la nature humaine égoïste, à celle qui a son origine dans l’accord et l’unité avec Dieu et toutes Ses voies, Sa vérité et Sa pensée. Il reste beaucoup de choses à découvrir et à apprendre sur ce processus, mais Dieu nous a accordé une vision de ce processus bien plus claire qu’à tout autre moment de l’histoire humaine.

Ce processus de transformation spirituelle de l’esprit de l’humanité, qui est le processus de la « création continue » de Dieu pour créer Elohim – une Famille Divine – n’est possible que lorsque quelqu’un a été appelé par Dieu et a reçu l’imprégnation de Son saint esprit au sein de leur esprit humain. À partir de là, un caractère juste et saint peut alors être créé, grâce au moyen que la personne a de faire dans leurs vies des « choix personnels » constants et continues, qui découlent de l’acceptation et du désir qu’ils ont de rechercher activement l’exercice de leur « responsabilité personnelle » de vivre selon la voie de Dieu. Lorsque ces choix sont authentiques, honnêtes et vrais, alors Dieu donne les moyens pour la création d’un caractère juste et saint à travers l’œuvre de Son saint esprit, au sein de leur esprit (l’esprit dans l’être humain) pour réaliser une transition dans la pensée même de la personne.

Ainsi, en raison d’avoir céder à leur propre nature égoïste, Adam et Ève se sont coupés eux-mêmes de la possibilité de continuer dans le processus de la création de Dieu, qui aurait pu transformer leur mentalité et leur pensée humaine en celle de Dieu. Le choix de suivre sa propre nature égoïste, est simplement pour quiconque la voie de toute l’humanité, et puisque de tels choix s’opposent aux voies de Dieu, ils résultent tout simplement en péché. Toute l’humanité a péché, sauf un – Jésus-Christ. Ainsi, selon le temps choisit de Dieu et selon Son dessein, Il détermine le moment où Il appellera (invitera) une personne dans une relation avec Lui, dans le but d’une « création continue » qui est en cours depuis le commencement, de manière à réaliser Elohim par la transformation de la pensée dans ceux qui sont appelés. C’est là une « création continue » dans le développement d’un nouvel esprit, et non de celui qui est instantanément créé.

Dieu révèle clairement que les propres voies de l’humanité ne sont pas de Lui, mais qu’elles sont en réalité contre Ses voies. Esaïe et Paul parlent tous deux de cela.

« ‘Car Mes pensées [modes de pensées et de raisonnent] ne sont pas vos pensées, et vos voies ne sont pas Mes voies’, dit l’Éternel » (Esaïe 55:8). Autrement dit, les deux voies sont en opposition l’une à l’autre dans leur mobile et leurs intentions. La pensée et les voies de Dieu sont tournées vers le bénéfice des autres, mais la pensée de l’humanité est tournée vers l’intérieur (égoïste), au profit du soi, avant les autres.

Comme il a été souligné récemment, c’est la raison pour laquelle Dieu dit clairement que les voies de l’homme doivent être changées. L’esprit de l’humanité doit être guéri de l’égoïsme. C’est ce dont il est parlé lorsque Dieu dit, « J’ai vu ses voies [celle de l’homme, qui sont égoïstes par nature], mais Je le guérirai » (Esaïe 57:18).

Paul décrit cela encore plus directement en disant, « Parce que la pensée charnelle [les voies, la mentalité, et la pensée au sein de la nature humaine] est ennemie [hostile, opposée] de Dieu, car elle n’est pas soumise à la loi de Dieu, et qu’elle ne peut pas l’être » (Romains 8:7)… Par nature, la mentalité et la pensée de l’homme sont opposées à celles de Dieu. C’est vrai dans la mesure où l’esprit humain est en fait hostile et naturellement opposé aux voies de Dieu, de sorte que les voies de Dieu ne peuvent être perçues que comme une menace, un obstacle, et une grande interférence à la façon dont l’homme veut vivre sa vie, de sa propre façon.

La Plus Grande de Nos Responsabilités
Tout au long de cette série, nous avons mis l’accent sur de nombreux aspects de l’instruction de Dieu concernant ce que signifie de « cultiver et garder ». Adam et Ève n’ont pas compris ce que cela signifiait, et ils ne pouvaient pas voir que l’objectif principal de son application aurait dû être sur leur propre soi (eux-mêmes). Maintenant, nous allons nous concentrer d’avantage sur ce que cela signifie, en tant que « responsabilité personnelle » envers eux-mêmes, que Dieu a donné à chacun d’entre nous individuellement.

Le véritable changement dans la conversion de la nature humaine, ne peut être accompli que par le choix libre d’une personne, et de sa pratique à se soumettre à la création continue de Dieu, qui se fait par la transformation spirituelle de sa pensée. En prenant la décision de se repentir (grec – de penser différemment), et en participant activement à sa propre conversion et à son changement d’esprit, l’homme accepte alors la plus grande responsabilité donnée dans la vie humaine. Lorsqu’on est appelé (invité) par Dieu pour commencer le processus de transformation au sein de notre esprit, alors Dieu offre à la personne à ce moment là, le choix de participer à une « création continue » pour faire partie de Sa famille spirituelle – Elohim.

Une fois qu’un tel appel est offert à qui que ce soit, alors ils se doivent de choisir d’accepter la plus grande responsabilité offerte à un être humain. C’est une question de choisir volontairement d’obéir, d’honorer, et de s’efforcer à glorifier Dieu et Ses voies de vie, tout en combattant notre propre nature humaine égoïstement motivée, qui résiste à se soumettre. C’est ce qui commence le processus d’apprentissage à combattre le fait que nous sommes motivés par la nature humaine égoïste. Cela commence aussi le processus d’apprentissage de la façon dont nous devons juger les choses selon la voie de Dieu, puis de pratiquer (appliquer) ce jugement dans nos propres actions (notre façon de vivre). Alors que nous grandissons dans une meilleure sagesse et une plus grande connaissance spirituelle, à travers de nombreuses expériences, la personne va commencer à changer d’une motivation égoïste, à une motivation qui réagis en accord et en unité avec Dieu – avec Ses voies, Sa pensée, Sa vérité et Sa mentalité. Pourtant, « le choix personnel » est toujours un facteur.

La croissance spirituelle qui découle d’accepter une responsabilité personnelle continuellement croissante de « cultiver et garder » notre soi, conduit à une plus grande acceptation et un plus grand désir d’honorer et de glorifier Dieu dans notre vie – dans nos actions, dans l’exemple que nous donnons, et dans notre façon de vivre. Cela implique (comprend) une meilleure compréhension et appréciation de ce que cela signifie pour nous de faire partie du Temple de Dieu. Cela donne alors beaucoup plus d’importance aux écritures qui font référence à cette réalité et à la communion que Dieu offre dans la vie.

« Ne savez-vous pas que vous êtes le temple de Dieu, et que l’esprit de Dieu habite en vous? Si quelqu’un souille le temple de Dieu, Dieu le détruira, car le temple de Dieu est saint, et vous êtes ce temple » (1 Cor.3:16-17).

Il est impossible à l’esprit humain de saisir de lui-même ce qui est déclaré dans ces versets. De pouvoir comprendre cela et d’en avoir une appréciation approfondie, est quelque chose que l’on développe spirituellement progressivement, tout au long de notre vie. Même avec l’esprit de Dieu, il est difficile de comprendre la majesté de ce que signifie pour nous de faire partie du temple de Dieu, qui doit être gardé saint, parce que Dieu y habite.

« Et quel accord a le temple de Dieu avec les idoles [ce qui est élevé au dessus, ou placé avant Dieu]? Car vous êtes le temple du Dieu vivant, comme Dieu a dit: ‘J’habiterai en eux, et marcherai en eux, et Je serai leur Dieu, et ils seront Mon peuple. Par conséquent, sortez du milieu d’eux [retirez-vous des voies du monde], soyez séparés, et ne touchez pas ce qui est impur, et Je vous recevrai. Je serai pour vous un Père, et vous serez Mes fils et mes filles’, dit le Seigneur Tout-puissant » (2 Cor. 6:16-18).

Nous sommes responsables de nous efforcer à nous retirer nous-mêmes des voies et des pratiques de ce monde. C’est à nous de ne pas nous mélanger à ce monde, comme si nous faisions partie de ses voies, de ne pas nous y conformer, mais que nous soyons transformés en nous en éloignant. Nous voulons que Dieu habite en nous et marche avec (en) nous, dans tout ce que nous vivons.

Ceci ne s’applique pas seulement au fait que nous vivons différemment, que nous ne péchons pas comme le monde qui nous entoure le fait, et que nous cherchons à obéir aux lois de Dieu, mais cela inclut aussi beaucoup d’autres aspects de la vie. Nous faisons beaucoup de choix dans la vie qui peuvent être une question de péché, et il y a des péchés qui ne sont pas aussi évident que de violer l’un des commandements, qui indiquent clairement des péchés spécifiques. On peut très bien pécher, simplement en déshonorant Dieu, et souvent de telles choses ne sont pas clairement révélées comme avec l’application physique des Commandements.

Une grande partie revient au désir ou à l’intention (la motivation) que l’on a pour les choix que nous faisons. Cela se résume au niveau de notre désir d’honorer Dieu et de Le glorifier dans notre façon de vivre.

« Ne savez-vous pas que votre corps est le temple du saint esprit qui est en vous? Que vous avez reçu de Dieu, et que vous ne vous appartenez pas [pour faire ce qui vous plaît, ce que vous voulez, en dehors des voies et de la volonté de Dieu]? Car vous avez été rachetés à un prix, glorifiez donc Dieu dans votre corps, et dans votre esprit, qui appartient à Dieu » (1 Cor. 6:19-20).

Bâtir Sur cette Base
Cette série a mis l’accent sur la nécessité pour chaque membre du Corps du Christ d’accepter une plus grande responsabilité personnelle de « cultiver et garder » ce que Dieu leur avait donné, au sein de leur environnement, et qui relève de leur propre contrôle. La vision d’un plus grand changement pouvant avoir lieu dans nos vies – dans notre pensée – nous est donné durant cette Année de Consécration. C’est maintenant le moment de répondre plus complètement à Dieu et au Christ par une « consécration intensifiée » en bâtissant activement sur la base structurelle qui nous est montrée dans cette série.

Une occasion nous est donnée de nous rapprocher de Dieu Tout-puissant et de Son Fils, Jésus-Christ. Alors que nous nous appliquons à une consécration intensifiée, nous allons connaître une transformation spirituelle intensifiée dans la création continue de Dieu en nous. Avant de procéder à la dernière partie de cette série, il est bon de répéter un paragraphe qui traite de ce processus de transformation:

« Il nous est maintenant donné un aperçu plus profond sur la façon dont ce processus peut être plus pleinement saisi, amélioré et vécu, alors que nous apprenons à mieux prendre contrôle de la vie, plutôt que de laisser la vie nous contrôler. En réalité, quand une personne permet à une motivation égoïste de continuer à exister à n’importe quel niveau, alors elle n’a pas réellement le contrôle de sa vie. Les gens ne sont pas libres de cette servitude, aussi longtemps que ce domaine égoïste les contrôle ».

Il doit être également répété, comme ça l’a déjà été de différentes manières, que dans l’instruction de « cultiver et garder » ce que Dieu avait placé dans le cadre de notre environnement et de notre contrôle personnel, nous devrions nous concentrer tout d’abord sur nous-mêmes, de nous « cultiver et de nous garder » dans la voie de Dieu. Il est certain, que la chose la plus évidente dans tout cela, concerne notre premier point d’intérêt lorsque Dieu nous appelle, qui est l’obéissance physique et spirituelle aux Dix Commandements, alors que nous vivons aussi dans la foi et l’obéissance, tout en cherchant à être dans une union plus étroite avec la vérité qu’Il nous révèle. Certaines de ces choses ont déjà été mentionnées dans cette série, et c’est aussi quelque chose que nous avons traité et dans laquelle nous avons grandis depuis que nous avons été appelés, mais il restent encore beaucoup de chose à découvrir.

Ce que nous allons aborder maintenant est de nature spirituelle, puisque cela traite de notre façon de penser, et de la raison pour laquelle nous faisons les choix et prenons les décisions dans notre vie. Bien que ces choses ne soient pas clairement une question de bien ou de mal, comme on le voit facilement dans l’application des Dix Commandements, c’est toujours spirituel tout comme les attributs et les caractères de Dieu sont spirituels, ayant leurs origines dans la nature de l’esprit saint.

Dans tout ce qui sera abordé dans le reste de cet écrit, nous n’allons que gratter la surface, mais ce dont nous parlons nous donnera une structure de base qui pourra être appliqué dans beaucoup de domaines de la vie, pour que nous puissions continuer à bâtir sur cela de manière plus raffiné.

Jugement Motivé Pour Honorer Dieu
Alors que nous poursuivons à travers quelques exemples sur la façon de mieux nous « cultiver et de nous garder » dans une union plus étroite avec Dieu, il y a un facteur élémentaire qui va nous aider dans toutes nos prises de décisions. Ce facteur consiste à apprendre comment distinguer le jugement juste, d’avec une justice du soi. L’une est basée sur et motivée par notre propre égoïsme et notre « propre » opinion. L’autre est basée sur une prise de décision et sur un jugement qui résultent de chercher à garder la vérité, le jugement, le caractère, les qualités et les voies de Dieu comme objectif principal de ce raisonnement. C’est le genre d’esprit qui cherche à honorer et glorifier Dieu par sa façon de vivre. L’un cherche (ou cède) à mettre le soi en premier, l’autre cherche à mettre Dieu en premier.

La meilleur façon de faire, pour commencer à comprendre ces différences plus profondément, est de commencer à voir comment cela peut s’appliquer dans les choses les plus petites ou les plus simples de la vie. Si l’on ne saisi pas cela ou que l’on ne sait pas appliquer cela dans les simples affaires de la vie, alors on ne saura pas comment appliquer une bonne prise de décision dans les affaires plus difficiles et plus compliquées de la vie.

L’exemple que nous allons examiner en premier, pourrait vraiment sembler être insignifiant dans la vie. Cet exemple a été auparavant mentionné dans un écrit précédent, qui concernait les affaires de gouvernement, dans l’histoire de l’ère de Philadelphie. C’était au sujet de l’utilisation du maquillage. Pour ceux qui n’ont pas connu cette époque de l’histoire de l’Église, ceci peut sembler quelque peu inimaginable, qu’une chose apparemment si petite puisse devenir un si gros problème au sein des membres de l’Église.

La question de savoir si oui ou non le maquillage serait autorisé, à abouti à la manifestation d’attitude et d’esprit qui n’étaient pas du tout en unité et en accord avec Dieu et Son Église. Cette soit disant petite affaire a révélé des problèmes spirituels beaucoup plus profonds, qui avaient besoin d’être révélés au sein de l’Église. Cette controverse s’est intensifiée en créant tant de désaccords, qu’elle proliféra en des problèmes beaucoup plus graves qui ont finalement abouti à la suspension de milliers de gens qui furent séparés de toute communion dans l’Église. Donc, ne sous-estimez jamais l’importance, pour votre vie spirituelle en générale et pour votre bien-être, de ce que l’on considérerait généralement comme les petites choses de la vie. Cet exemple seul révèle comment les petites choses peuvent refléter, et en réalité reflètent l’esprit général d’une personne.

À travers cette expérience concernant le port du maquillage, l’Église en est venue à apprécier et mieux comprendre que les décisions prises dans l’Église ont pour résultat notre raffinement, qui à son tour, produit une unité et un accord plus vrai avec Dieu. Il en résulte aussi une meilleure compréhension de la modération, de l’équilibre, et de la solidité de pensée et du jugement que seul Dieu peut réellement révéler et nous donner. Cet exemple du maquillage devrais enseigner et souligner l’importance de s’efforcer à gouverner nos vies dans toutes les choses de la vie, car même les petites choses doivent être sous notre contrôle, autrement elles vont nous contrôler. D’avoir un tel contrôle et d’être capables de gouverner nos vies dans une union plus étroite avec Dieu, exige que Dieu vive et habite continuellement en nous, parce que de nous-mêmes nous ne pouvons pas « penser » comme nous le devrions.

Il est bon de noter qu’il y a beaucoup de décisions qui doivent être prises dans la vie , pour lesquelles il n’y a pas de loi écrite nous disant spécifiquement quoi faire, comme avec la décision de ne pas porter de maquillage. Nous devons apprendre comment juger et prendre des décisions solides et spirituellement saines dans notre vie, ce qui exige que nous devons apprendre à juger, évaluer notre motivation pour une telle décision.

En matière de maquillage, il n’existe aucune loi écrite qui couvre son utilisation; par conséquent, il y a plusieurs leçons à tirer d’un tel exemple. La plus évidente pour l’Église était devenue une question de savoir si oui ou non une personne était dans l’unité avec l’Église de Dieu et le gouvernement de Dieu, concernant les décisions qui sont prises par l’Église, même dans les questions administratives.

Aiguiser Notre Jugement
En matière de maquillage, il y a des principes que l’on peut apprendre, qui peuvent également s’appliquer à d’autres domaines de la vie. Il n’est pas nécessaire de faire un examen approfondi de la question, mais nous irons plutôt « droit au but », sur le problème important que nous avons besoin de traiter. Et en appliquant ces choses, ceux qui cherchent à honorer Dieu peuvent améliorer leur façon de juger et de prendre leurs décisions, en considérant si Dieu est placé en premier dans les différents aspects de leur vie.

Il est bon de se demander, « Pourquoi y a-t-il eu une question sur le maquillage en premier lieu? » C’est parce que son utilisation au cours des siècles était hautement associé à une utilisation mauvaise, un moyen de séduire pour développer une attraction sexuelle. Cependant, ce mauvais usage ne veut pas dire qu’il ne pouvait pas non plus avoir une utilisation bonne et acceptable. Pour la plupart, cette distinction était difficile à comprendre pendant la période de Philadelphie.

Cela me rappelle un autre exemple dans lequel les gens avaient eu des points de vue très opposés, c’était au sujet de la consommation des boissons alcoolisées. Certains groupes religieux l’interdisent totalement, déclarant que c’est contre la volonté de Dieu. Cette nation même (les États-Unis), traversa une période connu sous le nom de la Prohibition, pendant laquelle il était illégale de produire des boissons alcoolisées d’aucune sortes. Plutôt que d’entrer dans tous les remous sur la question qui ont eu lieu au cours du temps, il vaut mieux que nous regardions le genre d’usage qui peut déshonorer Dieu, et ce que cela signifie qu’un bonne usage peut l’honorer. Le simple fait que l’on cherche à ne pas déshonorer Dieu en aucune façon dans l’utilisation de quoi que ce soit, est une question d’honorer Dieu.

Il y a beaucoup d’exemples dans les écritures qui révèlent que les boissons alcoolisées ne sont pas interdites par Dieu. Ceci a conduit l’Église à mieux comprendre le principe de modération dans son utilisation. Le manque de modération, agissant de manière irresponsable dans son utilisation et l’ivresse, révèlent le déshonneur envers Dieu, en ce que Dieu n’est pas dans la considération et le jugement de telles actions.

Que l’on choisissent d’avoir un verre de vin, un cocktail, ou une bière est simplement une affaire de choix libre. C’est simplement la même chose que lorsqu’on choisit de manger un certain repas (comprenant qu’aucune nourriture impure est une question de choix libre). C’est dans le « processus » de prendre une décision, de savoir si c’est bien ou mal, qu’est déterminé si l’intention et le motif sont d’honorer Dieu (si Dieu est au premier plan d’une telle pensée et d’un tel choix). Certainement, la mauvaise utilisation de l’alcool déshonore Dieu. Cependant, l’alcool peut être utilisé de manière équilibrée, lorsque c’est fait d’une manière responsable. Son utilisation abusive a causer des douleurs et des souffrances incroyables au cours du temps. Cette mauvaise utilisation conduit souvent à la dépendance et à un manque totale de contrôle sur sa consommation. L’abus d’alcool et de drogues sont associés à près de la moitié de tous les décès dans les accidents de la route aux États-Unis, où chaque année les morts sur la route se compte par dizaines de milliers.

Au cours d’un repas, on peut choisir de consommer un verre d’alcool, avec cela, la plupart des gens n’éprouvent aucun symptôme d’ivresse. Si un verre ou deux sont consommés sur une période d’une heure ou deux, la plupart des effets de l’alcool auront été dissipés. Choisir de prendre un verre d’alcool ou non est une question de choix libre. Mais ça n’est pas un choix libre d’avoir un repas rapide avec deux verres d’alcool et de très vite aller s’asseoir au volant de sa voiture. Dans certains, cas, un repas et un verre d’alcool, ne change pas le fait de se sentir en bonne forme pour aller visiter des amis, mais il se peut qu’on ne soit pas aussi alerte dans la compétence qu’il est nécessaire de maintenir lorsque nous devons conduire. Une période appropriée pour la dissipation d’alcool, devrait avoir lieu avant que quelqu’un se place dans le position de responsabilité qui est exigée lorsque l’on conduit. Si l’on abuse d’une telle liberté, ça peut avoir potentiellement un très mauvais impact et de terribles conséquences sur notre propre vie et celle des autres.

L’histoire de l’alcool a été associée à tellement d’abus, mais cela ne change pas le fait que lorsque c’est utilisé de façon responsable, c’est tout à fait correcte de profiter de ces boissons si on le choisit. Dû au fait que tant de gens choisissent d’en abuser ne signifie pas que ça devrait être interdit. En général, cet abus n’est qu’un triste commentaire sur la société d’aujourd’hui. Ceci nous ramène à la question du maquillage. À cause du fait que beaucoup de gens en ont abusé au cours du temps, comme un moyen d’intensifier l’attraction sexuelle, ne veut pas dire qu’il devrait être interdit.

Le maquillage peut être utilisé pour souligner et améliorer des caractéristiques naturelles, mais il peut aussi être facilement utiliser au-delà de toute modération, pour quelque chose qui a tendance à pousser l’attraction sexuelle. Pour répondre à cela correctement dans notre vie, on doit aller devant Dieu, en esprit et en vérité, pour rechercher Son aide afin de discerner correctement la différence. Une bonne manière de mesurer une telle chose, est de chercher le juste milieu entre une utilisation légère, et ce qui se rapproche d’une utilisation modérée. Ce faisant, on agirait ainsi d’une manière responsable devant Dieu. On devrait prendre garde de ne pas dépasser le point de l’utilisation modérée au point d’une utilisation plus lourde, tout comme dans la consommation d’alcool.

L’utilisation du maquillage ne déshonore pas Dieu à moins que l’on dépasse l’équilibre de la modération. Au lieu de se juger l’un l’autre, chaque personne doit aller devant Dieu pour chercher cet équilibre. Tout comme l’Église enseigne qu’il est bon de porter du maquillage modérément, il est aussi bon de ne pas en porter. L’un n’est pas plus vertueux ou mieux que l’autre.

Il est également sage, lorsque l’on essaie de déterminer les questions de la modération, de la solidité spirituelle, et de ce qui honore ou déshonore Dieu, que l’on paie une attention très particulière à toutes déclarations faite par l’Église, liées à un sujet précis. Si l’Église a donné une direction dans un certain domaine, alors nous devrions reconnaître cette importance, surtout si l’on saisi vraiment comment Dieu œuvre dans, et à travers les dirigeants de Son Église.

Eh bien, il est nécessaire maintenant de finir ici « la 5ème partie » de cette série. Ceci afin de prendre le temps pour permettre à cette matière d’être digérée et absorbée plus profondément mentalement (en connaissance et en compréhension) et spirituellement (en raisonnement et en équilibre de pensée). Originellement, le sentiment était que cette série serait beaucoup plus courte, mais Dieu a continué d’en donné plus. C’est pour que Son Église puisse être mieux équipée pour approfondir cette Année de Consécration, pour ce qu’elle peut produire dans la vie de quelqu’un, si il choisit d’appliquer plus pleinement ce qui est donné ici.